Jésus était-il un réfugié ?

Merriam-Webster définit le réfugié comme « une personne qui fuit vers un pays étranger ou le pouvoir pour échapper au danger ou à la persécution ». Les réfugiés sont généralement contraints de quitter leur pays en raison de violences imminentes dirigées contre eux.

Selon cette définition large, il peut sembler que Jésus et ses parents auraient pu se qualifier pendant un certain temps en tant que réfugiés. Cependant, il existe une différence entre la définition du dictionnaire de réfugié et son utilisation en tant que terme politique aujourd’hui.

Dans le Nouveau Testament, Matthieu rapporte ce qui suit : « Un ange du Seigneur est apparu à Joseph dans un songe. « Lève-toi, dit-il, prends l’enfant et sa mère et fuis en Égypte. Restez-y jusqu’à ce que je vous le dise, car Hérode va chercher l’enfant pour le tuer. Alors il se leva, prit l’enfant et sa mère pendant la nuit et partit pour l’Egypte, où il resta jusqu’à la mort d’Hérode. Et ainsi s’accomplit ce que le Seigneur avait dit par l’intermédiaire du prophète : « J’ai appelé mon fils hors d’Égypte » ( Matthieu 2:13-15 ).

Jésus n’était pas un « réfugié » dans aucun sens significatif pour le monde d’aujourd’hui. D’une part, la famille de Jésus n’a jamais quitté l’Empire romain ; ils ont simplement fui d’une région du territoire romain vers un autre territoire romain. Ce serait comme si quelqu’un se déplaçait légalement d’un État à un autre aux États-Unis pour quitter la juridiction du gouverneur du premier État. De plus, Luc indique clairement que Joseph et Marie ont fait tout leur possible pour suivre la loi romaine en adhérant au recensement ( Luc 2 :1-5 ). Tout ce qu’ils faisaient était légal.

LIRE AUSSI :  Jésus en hébreux : Jésus est-il Yahvé ?

Jésus et sa famille ont déménagé en Égypte afin d’échapper aux intentions meurtrières du roi Hérode , mais ils avaient un plan, et ils avaient des fournitures et du soutien. Leur voyage a été entièrement autofinancé, grâce aux dons des mages. Et leur séjour en Egypte fut court. La famille y est restée jusqu’à la mort d’Hérode, date à laquelle ils sont rentrés chez eux ( Matthieu 2:19-21 ). Compte tenu de ces détails, il n’y a pas de véritable parallèle avec le réfugié moderne et indigent qui demande la permission d’entrer dans un nouveau pays pour éviter une calamité.

Il y a du vrai dans l’idée que Jésus était un homme persécuté et pauvre, et donc nous devons considérer comment nous traitons ceux qui sont déplacés et appauvris. Cependant, dans l’intérêt de l’exactitude, Jésus n’était pas ce que l’on pourrait considérer comme un « réfugié », ni à l’époque ni aujourd’hui.

Laisser un commentaire