Jésus parlait quelle langue ?

Découvrons si jésus parlait quelle langue !

Alors que Jésus parlait très probablement l’araméen, l’hébreu et le grec, l’araméen était probablement la langue que Jésus parlait le plus. Les évangiles rapportent que Jésus prononçait de nombreux mots araméens : talitha koum ( Marc 5:41 ) ; ephphatha ( Marc 7:34 ); eloi eloi lama sabachthani ( Matthieu 27:46 ; Marc 15:34 ); abba ( Marc 14:36).

Les historiens, les archéologues et les anthropologues culturels sont presque universellement d’accord pour dire que l’araméen était la langue commune ou familière en Israël à l’époque de Jésus. L’araméen était très similaire à l’hébreu, mais avec de nombreux mots et phrases empruntés à d’autres langues et cultures, notamment babyloniennes.

L’hébreu était parlé principalement par les scribes, les maîtres de la loi, les pharisiens et les sadducéens, « l’élite religieuse ».

L’hébreu était probablement souvent lu dans les synagogues, donc la plupart des gens étaient probablement capables de parler et de comprendre un peu d’hébreu. Puisque le grec était la langue des Romains, qui avaient le pouvoir sur Israël à l’époque de Jésus, le grec était la langue de la classe politique et de tous ceux qui voulaient faire des affaires avec les Romains.

Le grec était la langue universelle à cette époque, donc la capacité de parler le grec était une compétence hautement souhaitable. Certains, cependant, ont refusé de parler grec par ressentiment envers leurs oppresseurs romains. Lorsque Jésus a parlé avec Ponce Pilate, il est possible qu’il lui ait parlé en grec, bien que Pilate, en tant que gouverneur, aurait probablement pu aussi parler l’araméen.

LIRE AUSSI :  Quels sont les différents noms de jésus ?

Jésus, en tant que Dieu incarné sous forme humaine, aurait pu parler n’importe quelle langue de son choix. Dans son humanité, Jésus s’est probablement limité aux langues communes à sa culture : l’araméen, l’hébreu et le grec. Jésus parlait probablement celle des trois langues qui convenait le mieux au public auquel il s’adressait.

Laisser un commentaire